Le temps des adieux…camarade Président !

Il est avec un grand sentiment d’espoir que je vous écris à nouveau pour la première, le féliciter de sa décision de quitter la présidence de la République d’Angola, après 38 ans de pouvoir.

Par Rafael Marques de Morais (*)

Beaucoup se demandent sur les raisons qui ont pesé sur sa décision. Depuis les spéculations sur votre état de santé, la volonté personnelle, épuisant son image à cause des scandales de corruption et l’incompétence de son gouvernement, l’échec de ses politiques économiques et sociales. Quoi qu’il en soit, la vérité est, camarade président: la décision est correcte et devrait représenter un grand soulagement pour vous ainsi que pour tous les bons Angolais qui aspirent au changement et une nouvelle direction.
Mais l’espoir que nous devrions parler. Je vais vous dire une brève conversation que je devais aller à l’aéroport de Johannesburg, avec le chauffeur de taxi du Zimbabwe. Il m’a dit de son annonce comme quelque chose de positif qui devrait inspirer son président, Robert Mugabe, 93 ans, à suivre le même chemin. Dans la liste des présidents à vie longue, dirigé par la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, avec un autre mois dans le bureau que le président camarade Robert Mugabe est le troisième.

En optant volontairement pour son départ, camarade président vient de devenir un exemple parmi les dictateurs. Il est un mérite. Je souhaite suivre.
Je crois que, dans les mois restants de lui en tant que président, le camarade prendre des décisions pour nettoyer et obtenir un peu de son gouvernement à son successeur trouve une maison avec le bon ordre.
L’un des points que plus a porté son image et qui nécessite une attention urgente est le partage du pouvoir avec ses enfants.

Vos valeurs !….

Profitez également créer une humilité et de l’environnement de sécurité en relation avec votre famille, en prenant la décision de démissionner volontairement, vos enfants José Filomeno Santos présidence du Fonds souverain et Isabel dos Santos de la Sonangol. Cela aurait une signification très importante, annonçant la fin du népotisme. Son successeur et son gouvernement ne seraient pas tentés de suivre les mauvaises pratiques du passé, et de la société deviennent plus exigeants exigerait la transparence, l’intégrité et la bonne conduite des dirigeants.
En outre, il serait sans doute un énorme soulagement pour ses enfants, qui, sans ces charges officielles, pourraient alors se consacrer  a eux-mêmes pour profiter de leurs fortunes. Sinon, ils seront sous une plus grande pression du public, il sera considéré comme la continuation de la puissance de son père, et sera tenu responsable, quelle que soit la protection que le prochain président peut leur offrir pour l’obéissance, la loyauté, le respect ou la crainte d’entre eux.
Non seulement votre message d’accueil, camarade président, pour assurer leur état post-présidentielle: peut et doit prendre des mesures symboliques démonstratifs qui est propre pour le prochain locataire. Vos valeurs et vous-même ne devraient faire partie de son héritage.

Le militant Nganga assassine !…
jeunesse assassinée !..

Camarade Président, je l’ai été un critique ardent de sa puissance, les conséquences qu’elle a infligées à la folie de la corruption et de violation systématique des droits de l’homme.
Mais ce que la plupart ressentiment, en tant qu’être humain et citoyen angolais, est la façon dont votre régime a appauvri les qngolais exclus des privilèges ou de la protection de votre pouvoir en leur refusant la dignité en tant qu’êtres humains ? 
D’innombrables fois je me suis senti isolé, harcelé et humilié par la lutte pour les droits de mes concitoyens et un gouvernement qui les sert avec honnêteté et dévouement. Je me sens parfois comme vous commettre un crime.

Luvualu !..

Pour ce combat, certains de vos acolytes, comme l’ambassadeur Luvualu Antonio de Carvalho, me traîtant publiquement de vendre le pays.

Jean-Claude PARADISE !…

Il est ironique: ceux qui volent et déshonorer l’Angola, en collusion avec des partenaires étrangers et de cacher les richesses du pays à l’étranger, sont devenus les grands patriotes.
Je vous avoue que, à un moment donné, il dormait plus que ce qui était dû à l’épuisement et vit assez la télévision comme l’anesthésie, mais n’a jamais perdu espoir et au nord. Votre départ offre la meilleure occasion historique d’affirmer la citoyenneté et de la mentalité collective libre des traumatismes angolais de la violence politique, l’humiliation des prédateurs, du joug de la propagande, les mensonges, la répression et la fausse idée que seule enrichit la corruption l’homme.

Aujourd’hui, je suis fier !..de faire une différence….

Il est le triomphe de la citoyenneté de continuer à se battre, cette fois sans nouvelles réserves et sans craintes parce que nous ne pouvons pas manquer cette occasion de contribuer à l’Angola, où le bien-être du citoyen est au cœur des priorités du nouveau gouvernement.

Nous avons échoué en 1975 (indépendance unilatérale) en 1992 et, avec la paix de 2002 (guerre post-électorale), nous avons vu les ressources du pays servent à l’accumulation primitive du capital par les partenaires dirigeants, la famille et des affaires. Aujourd’hui, nous avons un état d’échec, les apparences en direct, les peurs et les haines incubées.

Camarade Président, encore une fois, je salue pour votre décision courageuse pour permettre

aux angolais un nouveau départ… 

Adieu, camarade président.

Sincère espoir

Les jeunes Kamulinge et Kassule..livrés aux crocodiles !..

Angolais, luttons pour notre citoyenneté.

(*) Maka Angola  
Imagem: Folha 8  

Traduction du portugais en français: jinga Davixa.

 

O Cabritismo ?....BASTA !

 

18 pensées sur “Le temps des adieux…camarade Président !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *