FAMINE : .. Si Cunene est L'Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

La province de Cunene disposera dans le budget général de l’État (OGE) de 2020 d’une ligne spécifique comprenant des ressources pour faire face aux problèmes de sécheresse et de famine qui ont affecté des milliers de personnes et d’animaux depuis octobre 2018 dans la région. La faim
Mais si João Lourenço dit qu’il n’y a pas de faim en Angola, des deux ans: soit Cunene n’est pas l’Angola, soit le président est un menteur.
Les informations ont été soumises à l’ANGOP par le gouverneur de Cunene, Virgílio Tyova, expliquant que l’entrée de ce point avait déjà été autorisée par le président de la République, João Loureço, à couvrir exclusivement les programmes émergents pour lutter contre les deux situations.

« Au lieu de déclarer une catastrophe naturelle à Cunene, sachant que cela se produit chaque année, le chef de l’Etat a autorisé le prochain budget à prévoir des fonds pour deux programmes d’urgence permanents d’une durée de trois à quatre ans. « Dit Virgilio Tyova.
Selon Virgílio Tyova, le programme d’urgence contre la sécheresse succèdera aux actions d’urgence en cours pour atténuer les effets de ce phénomène, qui a touché directement 857 443 personnes, 171 488 familles, 907 572 bovins et 436 localités.
Depuis octobre dernier, 19 539 animaux, y compris des bovins, des chèvres et des porcs, sont morts à Cunene, raison pour laquelle le gouverneur de la province a applaudi à cette mesure du président de la République, soulignant qu’il était temps de mettre fin aux souffrances des habitants. endroits.

« L’année prochaine, nous aurons le même problème afin de ne plus pouvoir participer aux courses, sachant que nous aurons le même niveau de sécheresse et de faim. Le montant acheminé par ces deux programmes sera essentiellement destiné à fournir de la nourriture dans une banque alimentaire « , a ajouté Virgílio Tyova.
Avec cela, a déclaré Virgílio Tyova, vous pourrez acheter du maïs, du massambala, du massango et du poisson séché, qui sont à la base du régime alimentaire de la plupart des populations vivant dans les zones rurales, ce qui permet de répondre immédiatement à leurs besoins.
À l’époque, le gouverneur de la province de Cunene a précisé que la ligne autorisée par le Président de la République n’avait rien à voir avec les 200 millions de $$ dollars autorisés en avril pour la construction de trois barrages d’eau, de canaux d’eau respectifs et de 89 chimpanzés, aller à la sécheresse.
« Les points d’eau peuvent mal fonctionner et les camions peuvent s’agripper, nous devons donc faire un peu de gestion. Et pour cela, nous devons disposer des ressources nécessaires pour gérer le matériel et les moyens de captage, de transport et de distribution de l’eau pendant au moins trois ans « , a déclaré Virgílio Tyova.
Depuis que Cunene est confrontée à la sécheresse et aux inondations depuis l’indépendance, c’est la première fois que l’exécutif angolais autorise et / ou met à disposition des valeurs pour la réalisation de projets et d’actions visant à lutter contre ce phénomène dans la province.
Il est rappelé que le président de la République, João Lourenço, a menti lorsque, dans l’entretien avec RTP à l’occasion de la visite de Marcelo Rebelo de Sousa,
il avait déclaré qu’il n’y avait pas de faim en Angola, affirmant qu’il n’y avait qu’un très légère malnutrition. Et avec lui se trouvaient également le président du MPLA, João Lourenço, et le chef du pouvoir exécutif, João Lourenço.
 

      ..après un déjeuner frugal

João Lourenço a probablement faire ces déclarations après un déjeuner frugal et simple, comme des truffes noires, des crabes géants, de l’agneau rôti aux champignons, des bulbes de lys d’hiver, un suprême de poulet à la mousse de betterave et des fromages accompagnés de miel amandes caramélisées et plusieurs bouteilles de Château-Grillet 2005.
Il est entendu (c’est-à-dire!) Que ceux qui ont démenti cela (et d’autres) sont solidaires de nos 20 millions de pauvres qui, à leur tour, sombrent dans la famine et meurent pour rêver d’un repas.
En 2018, les données gouvernementales elles-mêmes montraient que le taux de malnutrition chronique en Angola était de 38%, la moitié des provinces du pays étant « extrêmement sous-alimentée » et Bié, à 51%.
Les provinces de Bié (51%), Cuanza Sul (49%), Cuanza Norte (45%) et Huambo (44%) ont été désignées à l’époque par la directrice du Programme national de nutrition, Maria Futi Tati, comme celles ayant le plus malnutrition.
« Environ neuf provinces souffrent de malnutrition extrême, sept provinces à forte prévalence et deux provinces à prévalence moyenne », a déclaré Maria Futi Tati en juin 2018.
À son tour, un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) indiquait qu’en Angola, 23,9% de la population était affamée.

En Angola, selon la FAO, « 23,9% de la population est affamée« , ce qui signifie que « 6,9 millions d’angolais n’ont pas un accès minimum à la nourriture« .
Avez-vous remarqué le président João Lourenço ? 6,9 millions ?
Parler aujourd’hui de la faim en Angola, c’est propager un mensonge auquel seul l’ancien roi martelé a contribué mais qui, comme le garantit João Lourenço, fait déjà partie « de l’histoire ». Voyons voir. Le 12 septembre 2018, le ministre angolais de l’Agriculture et des Forêts, Marcos Alexandre Nhunga, a déclaré que le pays comptait « une population considérable qui ne souffre pas de la faim en tant que telle », mais qu’il « se trouvait dans une situation difficile ».
En tant que ministre de João Lourenço, Marcos Alexandre Nhunga, vous avez certainement raison. Malgré tout … « Ne pas avoir faim en tant que tel » ? Mourir de faim ou pas, disons-nous.
Cette « faim en tant que telle » n’existe pas. Le ministre voulait-il dire qu’il a faim les lundis, mercredis et vendredis et qu’il mange n’importe quoi les mardis, jeudis et samedis ? Et que « comme tel«  les dimanches à jeun ?
Marcos Nhunga s’est confié à des journalistes après avoir été interrogé par l’agence Lusa sur le rapport sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle préparé par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui indique qu’en Angola, 23,9% de la population a faim . Viens. Pas « la faim en tant que telle ».
« C’est une réalité, mais nous n’avons pas cette réalité. La FAO publie ses données et nous ne voulons pas commenter. Mais la FAO, quand elle publie, dispose de données basées sur une enquête mondiale « , a déclaré le responsable. Et qu’est-ce qu’une enquête mondiale, en tant que telle, affecte les données de chaque pays ?
Nous répétons et répétons à chaque fois. En Angola, selon la FAO, « 23,9% de la population est affamée« , ce qui signifie que « 6,9 millions d’Angolais n’ont pas un accès minimum à la nourriture ».
Marcos Nhunga a fait valoir que la conclusion est différente de ce qui peut sembler … « en tant que tel ».
« [L’Angola] a encore une population considérable, que je ne dis pas mourir de faim en tant que telle mais dans une situation difficile.
C’est précisément pour cette raison que le gouvernement veut s’améliorer et intervient dans les zones rurales dans le cadre de l’activité productive, afin de résoudre les problèmes liés à la faim et à la pauvreté « , a déclaré le ministre.
Partagez cet article
 
le 3 mai 2019
Traduction du portugais en français : jinga Davixa –
E_mail : contact@franceangola.com – 

 
 

4 pensées sur “FAMINE : .. Si Cunene est L'Angola,.. alors Joao Lourenço est un Menteur !..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *